08/04/2007

sinik:la cité des anges

- Allô, c'est qui ?
- C'est
Sinik, ça va mon pote ?
- Ça va !
- Ah, ça fait plaisir d'entendre ta voix, là !
- Moi aussi.
- C'est gentil, c'est gentil. Ça va mon pote, alors quoi d' neuf ?
- J'suis sorti d' l'hôpital. Lundi.
- Lundi ? T'es sorti lundi ?
- Oui.
- Ouais, bah je sais en fait. J'ai eu l' docteur au téléphone, il m'a dit qu' ça c'était bien passé et tout, c'est cool. Bah j'suis content, ça va mon pote ? T'as fait quoi depuis qu' t'es sorti ?
- J'ai joué au foot.
- T'as joué au foot avec tes potes ?
- C'est ça.
- Bon, bah c'est cool.
- Alors c'est quand qu' tu passes me voir ?
- Bah bientôt, j'vais essayer d' venir bientôt. T' façon j'ai ton numéro, j' t'appelle et puis si tu veux venir me voir en studio ou en concert, on va faire un concert bientôt, y'a pas d' problème, tu viens, d'accord ?
- D'accord.
- Tu viens avec tes p'tits potes et tout, on fait un truc bien, okay ?
- Okay.
- Bon bah d'ici là j' te rappelle, fais attention à toi mon pote, passe le bonjour à tes parents et fais pas d' bêtises, okay ?
- D'accord.
- Allez, salut !
- Au revoir !

J'ai rendez-vous à l'hôpital
Robert Debré, 15 décembre, journée glaciale
Des gosses malades voudraient me voir de près
Je reconnais que j'appréhende mais c'est inévitable
Ici, les
murs sont blancs et les gens parlent en langage médical
Au début, on m'a expliqué leur vie
Mais j'ai souhaité voir en premier ceux qui ne peuvent quitter leur lit
Triste sentiment, mais je commence à m'en vouloir
Je croise un père pleurant (?) tout seul traînant sa peine dans les couloirs
Enfants du Paradis, luttant contre la maladie
Faissa n'a que huit ans, il n'avait rien demandé à la vie
Je suis rentré dans sa chambre plein d'humilité
Très vite, j'ai compris que mes problèmes sont des futilités
Sa mère m'a dit que la musique le bordait, l'emportait si loin
J'te jure que j'avais honte de me porter si bien
Il tousse et me dit : " Je trouve que t'as l'air fort "
Mais il ignore que je me plains quand j'ai un trou dans mes Air Force
Moi qui pensais que dans sa tête c'était le Kosovo
J'admets, j'me suis trompé, lui qui ne rêve que d'être cosmonaute
Il sourit, il a le temps d'être sympa
Moi qui m'énerve pour un rien, moi qui mérite d'être à sa place
Moi qui casse tout quand mon portable ne capte plus
Moi qui me plains, qui m'énerve, qui traite souvent la vie de pute
Voyant sa joie immense, ses yeux s'ouvrirent
J'étais heureux de rendre heureux, j'en ai sorti mon vieux sourire

Refrain
J'ai rendez-vous à l'hôpital, je ne verrai plus les heures qui passent
J'en ai le cœur qui bat, c'est peut-être lui qui parle
J'aimerai leur donner ma vie, ce ne sont pas que des mots
Leur dédier ce son, car dans le fond ce ne sont que des mômes
Emprisonnés dans un drap en or, libérés par un docteur
Parce que le ciel nous attendra encore
Parce que la vie a tant de choses à proposer
Parce que je sais que les anges voleront toujours de leurs propres ailes


J'me suis juré d'arrêter de me plaindre, quand je tais-chan à vingt-cinq ans
J'ai toutes mes chances, je l'ai compris faisant le tour des chambres
Pierre, mon cœur de pierre a fait " boum boum "
Petit beateur, Momo et Pierre qui traînent toujours avec Boubou
Tous plus courageux les uns que les autres
J'ai appris que des fois les mômes sont plus forts que les hommes
Et l'infirmière m'a dit : " Dans la grande salle, il faut descendre "
Y'avait un mic et une platine, alors j'ai chanté " Le même sang "
J'y repense encore, leurs blessures me torturent
Et dire que tous les hommes ne rêvent que de fortune
Moi aussi je croyais que la vie m'avait pris pour un con
Moi qui pétais les plombs, pour un oui, pour un non
Quelques chansons, des autographes, des photos
Des sourires, des souvenirs, mes petits, mes potos
Admiratif, j'étais loin de c' que l'on voit
C'est généreux selon eux, mais tellement peux selon moi

Refrain

19 janvier 2006, je cherche un thème
J'repense au 15 décembre 2005 gravé dans ma tête
Te rends-tu comptes ? Il étaient là pour me voir
Uniquement pour me voir, il faut le voir pour le croire
Moi qui pleure au travers de ma plume ou de ma rime
Un peu comme si j'avais un tube dans les narines
La morale : te faire comprendre que j'ai changé
Depuis ce 15 décembre, j'ai plus la même notion du danger
25 ans d'existence pour apprendre
Que ces gamins ont plus de courage que le plus courageux de ma bande
Dorénavant, je réfléchis avant d'hurler
Téméraires, tu sais même pas, c'est pas des mômes c'est des aventuriers

Refrain (x2)

21:44 Écrit par mel dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sinik |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.